Feu vert pour le remontage

Amortisseurs en place

L’atmosphère se réchauffe ! Ouf, je peux enfin terminer cette opération, enfin presque ! Car, pour l’instant, je ne préfère pas remettre la DS en ordre de marche. La batterie, est à l’abri dans mon garage, sous charge régulée, et les routes sont encore bien trop hivernales : je n’envisage donc pas une remise en route avant la fin février, au mieux. Alors certes les boules, cafetières, tiges, billes, épingles, feutres sont là où il le faut. Mais il reste à confirmer que tout ce biniou est bien étanche, autant qu’il est désormais en place !

Patron, une pression ! J’aurai pu, effectivement, prendre ma batterie sous le bras, quoiqu’elle soit un peu lourde, remettre un peu de LHM, actionner le démarreur, ébrouer le moteur, resserrer la vis du conjoncteur-disjoncteur, mettre en position haute maximum, et contempler le résultat de mes travaux. Mais à mon âge, on devient un tantinet routinier de ses propres habitudes. L’une d’elles, qui m’a pour l’instant porté chance sur mes 13 ans de pratique Déesseophile, consiste en ne jamais remettre la voiture en route au milieu de son hibernation. Je ne vais donc pas déroger à cette petite règle, je ne suis pas à 4 ou 5 semaines près, sachant que l’hiver peu encore nous jouer quelques tours.
J’ai donc réinstallé mes amortisseurs tout beau, sur une partie de la coque que je me suis employé à bien dégraisser et nettoyer. Ce ne fut pas du luxe, tant les fuites successives avaient durablement maculé l’arrière train de cette DS20. Et lorsque ce n’était pas du LHM, c’était une poussière terreuse et tenace qui recouvre la quasi totalité du soubassement de mon auto. Bien entendu, il n’était pas question encore pour moi de brosser l’intégralité de ces zones sableuses, mais c’est déjà un bon début que d’avoir fait toute la partie de l’unit arrière. Encore une fois, pas de surprises, juste quelques petits impacts à soigner. J’aurai pu tenter de repeindre intégralement la zone, mais de mon point de vue, s’eut été dommage, à la vue de la qualité encore très appréciable du jus d’origine !Avant
C’est dingue ce qu’un peu de dégraissant et une vieille brosse de vaisselle peuvent réussir à faire !Je retouche point par point… J’ai donc opté pour des retouches ponctuelles, avec ma peinture noire à chassis. Certes, pour l’instant, ces retouches sont très visibles, mais gageons que dans peu de temps, la poussière, les éclaboussures auront tôt fait de rendre tout cela bien homogène.

La repose des amortisseurs ne m’a pas posé de problème particulier. Et plutôt qu’un long discours, la vidéo ci-dessous sera nettement plus convaincante ! Juste une petite précision, fidèles lecteurs : ne me fustigez pas sur l’autel de père ‘original’, qui pourrait se retrouver vert de rage à la nouvelle couleur de mes boules ! Promis, j’y reviendrai très vite en AC 502 !

Amortisseurs en place
Point de vue un peu différent

Et voici donc la vidéo tant attendue (je peux rêver, non ?). La suite et fin, dans la bien nommée vidéo ‘épilogue’ à paraître bientôt !

A très bientôt !

Related posts