La côte de l’expert !

C’est probablement une étape que tout collectionneur peut avoir, à un moment, l’intention de passer. Qu’on collectionne les tableaux, les autos, les bateaux, les journaux, et j’en passe, arrive bien un instant où l’on peut se dire : mais cela vaut-il le coup (et le coût), que vais-je léguer, comment bien l’assurer ? Autant de questions qui peuvent souvent faire penser à un aspect spéculatif que je déteste. Pour autant, il s’avère que cette étape devienne un tant soit peu nécessaire, si l’on veut tout simplement préserver son bien, voir le transmettre dans les meilleurs conditions. Loin d’être un expert en la matière, il en faut donc un pour évaluer la valeur du bien matériel que j’ai de plus cher : ma DS20 ! Ben, chat alors !

Après plus de 13 années à rouler ma bosse dans le monde de la Citroën DS grandeur nature, j’ai commencé à me poser la question d’avoir une valeur, autre que sentimentale, collée à ma voiture, lorsque cette DS est devenue un peu plus présentable. Si son prix d’achat a été relativement correct, depuis 6 ans, les travaux s’enchainent, et à un moment, il arrive un décalage entre le prix d’achat du véhicule augmenté du montant de chaque opération réalisée pour lui,  versus sa vraie valeur marchande.

Une base saine, mais qu'elle est moche !

Peu de temps après son acquisition… Si sa valeur à mes yeux reste inestimable, en espèces sonnantes et trébuchantes, j’en suis où ?

Souvent, dès qu’on aborde de tels sujet sur la toile, les discussions se radicalisent, s’échauffent sans que personne n’ait tout à fait tort ou raison. Je vais donc, à froid, vous donner mes propres motivations, qui peuvent être semblables aux vôtres, vous paraître incomplètes ou même complètement à l’opposé de vos propres avis sur le sujet.

Il faut pourtant bien, à un moment, même si c’est toujours la passion qui nous anime, redescendre de temps en temps sur terre, et se poser quelques questions :

  1. Si ma voiture devait être détruite ou volée, quel serait mon préjudice financier ?
  2. Si je devais être amené à me séparer de cette auto, à quel prix l’afficher ?
  3. Si mes ayants-droits devaient se séparer de la voiture, idem, à quel tarif ?
  4. Était-ce bien raisonnable de dépenser mes quelques économies pour la rendre plus fiable ou plus belle ?
  5. n’y-a-t-il pas une valeur limite à ne pas dépasser dans le total : achat voiture + travaux ?

En fait ma démarche a surtout trouvé sa genèse, après les travaux dispendieux sur la carrosserie. Je me suis alors légitiment posé la question de la couverture ‘risques’ de cette Citroën DS20. Jusqu’alors, et depuis que je roule en D, quelle soit I ou S, j’avais contracté une assurance collection auprès de ma compagnie bancaire. Garanties aux ras des pâquerettes, le strict minimum légal, pour une prime d’assurance modique de moins de 80€ par an.

Certes, ce n’était pas cher payé, mais en cas de pépins (vol, incendie, bris de glace, accident responsable), je n’avais guère plus que mes yeux pour pleurer. Même en cas d’accident non responsable, le risque subsistait que la voiture soit déclarée économiquement pas réparable… Je n’étais donc pas très à l’aise.

Après avoir pris l’attache de mon assureur, et évidemment en passant en garantie ‘tous risques’ complète, j’avais deux options :

  1. valeur du véhicule assuré plafonnée à 10000€ sans expertise
  2. valeur du véhicule assuré en fonction de la valeur d’expertise (ah, enfin on y vient !)

J’ai d’abord chercher un expert, et ce fut une vraie galère : d’abord d’en trouver un qui accepte le job, avec des honoraires décents, puis la cerise sur le gâteau : nécessité d’avoir un pont… Bref, pas vraiment souple. Ce que je ne savais pas avant que mon conseiller m’en parle, c’est que ma banque-assurance dispose d’un service dédié aux véhicules de collection, avec un service d’expertise. Cette expertise étant de surcroit gratuite pour les anciens titulaires d’un contrat d’assurance sur leur véhicule habituel. Le truc qui me chiffonnait (il y a toujours un truc qui me chiffonne !), par contre : cette expertise était purement virtuelle, se basant sur un dossier complet, certes, avec photos, factures, toutes pièces justifiant de sa vie antérieure, mais qui, de mon point de vue, ne remplace pas une vraie expertise.

5 ans après, je termine les travaux par une rénovation carrosserie

Est ce que la valeur d’un véhicule de collection se limite à la somme des dépenses faites dessus ?

Soit, je constituais le dossier, et quelques jours plus tard, j’obtenais la côte de mon véhicule qui me permettait de l’assurer en conséquence, la prime variant suivant la valeur de la voiture expertisée.

Mais je restais un peu sur ma faim. Et lorsque mon club idéaleds  Lorraine décidait d’organiser, comme il le fait parfois, une journée ‘expertise’ de véhicules, je n’hésitais pas une seconde.

Donc, en ce samedi 17 juin 2017, ma voiture et 14 de ses cousines, ont été auscultées dessus et dessous (grâce à une fosse), par deux paires d’yeux affutées. Tout c’est bien passé pour nos voitures, je regrette seulement que l’expertise n’ait pas comporté un essai routier, qui me semble tout de même indispensable pour finaliser un jugement. Parce que, bien entendu, toute auto est d’abord faite pour rouler, bien entendu ! Et le mieux possible !

Cette expertise a donné lieu, dès l’apéritif venu, à des comparaisons, et même des incompréhensions, comme quoi, on y fera rien, argent et passion suscitent toujours des commentaires. Là, nous étions entre potes, mais vous imaginez ce que cela pourrait donner comme joli final, si le sujet devait être abordé avec des quidams !

A titre personnel, la côte affichée est un peu en dessous de celle appliquée par mon assurance, et me semble cohérente avec l’état de ma voiture, c’est à dire : propre mais plus du tout conforme à sa livrée originelle. Mes dérivations chromatiques se payent cher dans les yeux vert de l’expert, chat c’est sûr, il n’a pas donné son feu vert pour une valeur que tous (sauf moi) imaginaient bien plus haute. Car des DS peut-être moins présentables, mais complètement d’origine, avaient nettement plus la côte, et c’est très bien ainsi.

Toujours est-il, que grâce à Gilles, cette expertise à pu se faire de surcroit dans un cadre féérique ! Merci !

Une sympathique journée de passée !

Bon, fini de débattre, on s’amuse maintenant !

Signe que le sujet reste tabou, croyez-vous que je vais vous indiquer la côte de ma DS20 ?

N’y pensez même pas ! Mais si vous faites le 22 à Asnières, vous tomberez dans le mille ! Pour sûr !

Que cela ne vous empêche pas de consulter ces quelques photos !

Related posts