Eric, les bons tuyaux !

Vérin transformé

J’avais un dilemme. Trois vérins de suspension dans les mains, deux arrières et un avant. Les deux arrières abîmés pouvaient me permettre d’en refaire deux nickel à la condition de puiser dans le vérin avant, et de trouver un corps de cylindre arrière potable. Alors que je serai resté avec celui de l’avant disponible. Quel sac de noeuds ! Où comment jouer aux chaises musicales avec scie, dremel® et bon tuyau.

Pas simple ? Je suis bien entouré. Eric, un copain que je fréquente depuis plus de 10 ans, qui roule toute l’année en D (il possède une DS23, un break et une ID), en me voyant gamberger avec mes vérins, m’a donné un tuyau tout simple. Pourtant je ne l’aurais pas trouvé tout seul ! Mais Eric mène aujourd’hui des restaurations de tout premier ordre… qui lui ont permis de connaître la DS sur le bout de ses doigts. Lui communique peu, moi beaucoup trop. Mais finalement, ça crée un équilibre…
Et mes vérins dans cette histoire ? Eh bien Eric m’a donc donné l’astuce toute simple qui permet de façon irrémédiable, certes, de transformer un vérin avant en un vérin arrière. Par contre la réciproque me semble parfaitement impossible à réaliser. Vous pourrez me rétorquer que l’astuce n’est pas forcément très utile, mais si vous vous trouvez dans une situation identique à la mienne, c’est alors la planche de salut ! Avant, bien entendu, celle de faire fonctionner la planche à billet et de racheter la pièce adéquate… Avouons que c’est beaucoup moins fun !

Transformation terminée !

Je travaille de la cafetière… Ensuite, ce problème résolu, j’ai donc pu passer, bien au chaud à la réfection de l’étanchéité de ces cylindres, ayant reçu juste avant les fêtes de fin d’année ma commande de pièces. Et bingo, là encore j’ai eu beaucoup de chance. J’ai pris l’attache d’un autre de mes potes qui lui a un stock impressionnant de pièces entassées dans un bric à brac sans nom, et où je serai bien incapable de trouver quoique se soit. Déjà en son temps, j’avais pu dégoter mes superbes et neuves baguettes Robri (article Le fou de la baguette) et désormais posées sur ma DS20. Mais voilà qu’il me dit avoir encore en sa possession des cafetières produites jadis par Citroën ! Ni une, ni deux (enfin si, il m’en faut deux justement !), je m’en porte acquéreur.

Et voilà comment je peux donc, sans trop bourse déliée, et avec l’espérance de ne plus y revenir d’ici deux ans, ré-assembler mes deux ensembles d’amortisseurs arrières.

Amortisseurs terminés
Voilà une opération terminée, il ne me reste plus qu’à les reposer sur la DS20

Tout, ou presque, est expliqué dans cet opus de la troisième partie de l’opération. En bonus, un petit café bien serré au Ligarex® s’impose !

A très bientôt pour la suite, voire même la fin !

Related posts